Arrêter de se déguiser

(quand on décide que ce n’est plus tous les jours Carnaval et que ça fait mal).

On peut raconter des histoires, avec sincérité et on peut dire la vérité tout en se cachant.

Et ça, je peux te dire que je suis une sacrée experte.

Je ne suis sûrement pas la seule, c’est ce que la société nous demande depuis des décennies (des siècles?).

Entrer dans la vie professionnelle, c’est se choisir un beau masque, un beau personnage que l’on va endosser tous les jours.

Jouer dans le plus mauvais film de série B du monde

Depuis 3 ans, je me suis construis un nouveau personnage.

Celle de la graphiste professionnelle, de la créatrice de sites web, de la professionnelle de la com’.

Sur le papier, je trouvais ça cool. Tendance. Une fois porté à l’écran, ça me dégoûte.

Que c’est mal joué ! Les dialogues sont nuls et le scénario est à chier.

J’attends déjà patiemment la fin.

Je m’habille comme une madame, je mets ce sourire forcé et je fais bien attention de ne pas dire de gros mots surtout je me conforme à l’idée que ce font les gens d’une professionnelle de la communication.

Qu’est-ce qu’est-ce que qu’est-ce qui cloche là-dedans? Tu vas me dire

Tout le monde le fait !!

 

Je veux dire, il a bien même des entreprises qui demande clairement à leurs employés de laisser “leur personnalité au vestiaire” (dans ces propres mots là) et d’enfiler un uniforme afin d’être un espèce de robot pendant les 8 heures où ils travaillent.

 

Certaines entreprises (les mêmes souvent) refuse le “copinage”, c’est à dire qu’il est interdit de copiner pendant les heures de travail (de se faire des amis parmi ses collègues).

Travailler, c’est en quelque sorte se déguiser, endosser un personnage, être quelqu’un d’autre. Et ce pendant la majorité de notre vie puisque 8h de travail par jour constitue l’essentiel de nos journées.

Oh mon dieu, je refuse ça avec tout mon être, toutes mes cellules, toute mon âme.

Et pourtant, c’est ce que je me suis imposée à moi-même. Je suis mon propre bourreau. 

J’ai tellement intériorisé que j’ai reproduis ce que la société attend de moi, alors même que j’ai choisi d’être entrepreneur pour être libre et responsable de mes décisions.

Il y a un cri au fond de moi qui veut sortir et depuis quelques semaines, je ne peux plus le faire taire (en mode film d’horreur/voir Alien – huuum gore).

Je n’ai pas choisie d’être entrepreneure pour subir ce diktat que je déteste! (là, c’est en mode Spartacus ou Gladiator pour les plus jeunes).

J’ai choisi d’être entrepreneur pour élatablir mes propres règles et faire les choses comme je VEUX.  Bordel.

Et aider les gens aussi par la même occasion.

Et pourtant, je me suis déguisée pendant tout ce temps. Le personnage s’est construit lentement et je ne l’ai pas forcément vu venir. Plus on prends de responsabiltés, d’ampleur et plus on se met à jouer de mieux en mieux.

Tout cela en plus, avec la plus belle ironie du monde car je conseille à mes clients d’être aux-mêmes et d’en faire leur principal atout !

 

Et ce n’est pas comme ça que je vais gagner un Oscar…

Parce qu’en plus, je suis persuadée que pour faire la différence aujourd’hui et construire une vraie relation avec ses clients, cela demande d’être nous même et de sortir de ce déguisement.

Je suis convaincue qu c’est en acceptant et en mettant à jour notre personnalité que l’on va réussir à séduire nos clients.

Pourquoi ?

Parce qu’aujourd’hui, la seule chose qui fasse la différence entre les centaines d’autres coachs, graphistes, -insère ton corps de métier- auquel on accède en ligne en quelques clics, c’est notre personnalité.

TOUT est à portée de clic aujourd’hui.

On peut travailler avec qui on veut à distance.

On peut acheter ce qu’on veut sur les sites du monde entier.

On n’a plus besoin d’aller au magasin du coin, de faire appel au pro local.

Si on décide d’engager quelqu’un se sera pour les mêmes raisons qu’en présentiel : le feeling. On sent qu’on se comprend.

Seulement, quand on est sur le web, on est face à une machine, un ordinateur, quoi.

Devant la machine, ce que l’on perçoit, souvent c’est froid, c’est impersonnel. Regarde comment tu peux t’interroger quand tu reçoit un texto sans smiley.

Cela demande à ce que l’on explicite plus, on a besoin de smiley pour comprendre si le message est humoristique, triste, bref sa tonalité.

C’est pareil avec un site.

Si tu fais le même site que tout le monde et que tu n’écris que des choses factuelles, on ne pourra pas “sentir” ta personnalité. On ne saisira pas pourquoi t’engager toi alors que des centaines d’autres seront sûrement moins cher, ou plus ceci ou cela.

Face à une machine, le message est froid et impersonnel.

Pour t’engager, j’ai besoin de sentir que tu es une personne et que nous avons des atomes crochus.

C’est pourquoi être soi-même, se raconter en étant authentique, se dévoiler (en choisissant ce qu’on partage) c’est la meilleure façon de trouver des clients en ligne.

Nos grands-parents mettaient des costume-cravate pour ce crédibiliser et se professionnaliser.

Aujourd’hui sur internet, pour convaincre, on a besoin d’être un humain.

Et tant mieux, c’est ce que je préfère faire !

E-Book Gratuit 

Les 7 erreurs de com' que font la plupart des entrepreneurs 

Comment être sûr.e de rater sa com' quand on se lance dans une nouvelle activité pro ?

Voici les 7 erreurs courantes qui peuvent empêcher ton business de décoller !