Quand j’étais petite, je me faufilais dans la chambre de ma mère pour lui piquer ses tenues.

Je me glissais dans son dressing, où toutes les pièces de sa garde-robe s’étalaient et m’impressionnaient un peu, aussi.

Comme dans une caverne d’Ali baba, je me délectais de ces tenues de grande femme que je rêvais de devenir. Mes petits pieds dans les escarpins à talons trop grands, le rouge à lèvres qui déborde, j’avais le sentiment de toucher du doigt une forme d’idéal, une belle représentation de mon futur moi dans le miroir.

Que celle ou celui qui n’a pas joué aux “grands” me dénoncent !

J’y ai encore joué alors que je n’avais plus vraiment l’âge. Alors que j’avais dépassé le stade de l’enfance et jusqu’à peu j’y jouais encore. Je m’achetais de belles chemises et des fringues que je savais que je ne porterais qu’en milieu professionnel.

On apprend à se déguiser et à endosser des rôles qui ne nous appartiennent pas. Nous devenons même des experts dans le domaine pour la plupart d’entre nous.

Dans le vieux monde de papa, d’ailleurs, c’était la norme. Au boulot, c’était l’uniforme pour tout le monde. Costume-cravate. Tailleur. Prière de laisser sa personnalité au vestiaire s’il vous plait. 

Pour certaines professions, c’est encore valable, et nécessaire aussi.

Mais pas pour toi et pour moi.

Toi et moi, nous avons avons choisi l’entrepreneuriat.

Toi et moi, si nous avons choisit d’entreprendre, c’est souvent parce que nous voulons être libre et faire les choses à notre manière.

Et je dirais même plus, que pour nous, se déguiser est même contreproductif.

Parce que tu veux savoir quel est l’atout principal de ton business ?

C’est toi ma belle.
Toi, avec ta personnalité, tes défauts et tes qualités.

Oui, aujourd’hui, être authentique, mettre ta personnalité dans ton activité professionnelle est plus qu’un atout, c’est un indispensable.

 

 

D’autant plus si tu es créative, visionnaire et/ou que tu veux œuvrer pour sauver notre planète.

Dans un monde de plus en plus horizontal, c’est à dire avec de moins en moins de hiérarchie et d’intermédiaire, on peut acheter et se procurer ce que l’on veut, aux quatre coins du monde sans grande difficulté.

Un petit créateur libanais ?

Une marque Kawai australienne?

Internet nous permet d‘acheter ce qu’on veut à qui on veut, de manière directe.

Si j’ai le choix et la possibilité d’acheter tout ce que je souhaite facilement, comment s’effectue alors mes choix économiques?

Ils ne sont pas guidés par la logique, je n’achète pas tout au moins cher car en fait ces comportement d’achat sont aussi devenus des comportement qui nous définissent, en tant que personnes. 

Acheter des biens et des services dépassent tellement les besoins de survie dans nos sociétés occidentales qu’ils ne sont pas rattachés à une seule logique économique mais bien des comportements sociaux et culturels.

Acheter peut-être un acte militant et politique, nous voulons engager des petits créateurs, favoriser l’économie locale.
Acheter en BioCoop, c’est agir pour soutenir une certaine forme d’économie par exemple.

Pour la génération Y (16-35 ans) les achats motivés par des besoins émotionnels sont bien majoritaires puisqu’ils constituent trois quarts (72 %) des situations d’achat en ligne.

De plus en plus, ces achats se relient à un sentiment d’appartenance à une communauté.

La génération Y cherche aussi à être experte dans un domaine donné pour ensuite partager son savoir sur les réseaux sociaux.

C’est le partage de ce savoir qui confère un sentiment d’appartenance. Ce sentiment d’appartenance, ce désir de connexion (dans un monde où on se sent de plus en plus seul) nous pousse à nous lier avec d’autres qui nous ressemble, avec qui on a des valeurs communes.

Enfin, les biens matériels n’ont plus la même importance qu’auparavant et ce que nous cherchons à vivre, ce sont des expériences.

Nous cherchons à nous épanouir, à être dans le moment présent et vivre pleinement nos vies.

Prendre des décisions en suivant l’émotionnel, faire partie d’une communauté, vivre des expériences sont les raisons pour lesquelles nous achetons et faisons appel à des prestataires.

C’est pourquoi être authentique et vraie est devenu tellement important dans nos activités professionnelles. C’est cela qui fait réellement la différence. Parce que les robots qui vous sortent des phrases toutes faites, aujourd’hui, ce sont les robot et l’IA qui nous les fournissent.  

 

Les gens achètent qui tu es et non pas ce que tu fais.

Ils n’achètent pas ton produit, la qualité, tes services.

 

Ils achètent une certaine représentation d’eux-même à travers toi. Tu es l’atout principal de ton activité en étant vraiment toi-même, authentique et claire sur ce tu tu proposes.

En proposant naturellement à tes clients de se retrouver en toi. Si tu rayonnes fortement, tu n’auras même pas besoin “de communication” traditionnelle.

Tu vas attirer à toi ceux qui ressentiront l’écho de cette vibration. Apprendre à se délester de ses costumes, de ses apparences, Apprendre à se dévoiler, à se révéler, accepter qui en est dans le plus simple appareil.

Etre au clair avec ce que l’on propose. Apprendre à faire avec les bâtons de rouge à lèvres les vraies couleurs qui illuminent nos cœurs.

Mini-Cours

La recette pour créer un site web

qui attire et séduise tes clients